Mainmise sur la zone fluviomaritime : Pikine dit Niet à l'accaparement de son " unique aire de jeux "Dans le quartier densément peuplé de Pikine, où les espaces verts et les aires de jeu sont rares, un petit coin de nature a été métamorphosé par les jeunes locaux en un havre écologique. Malheureusement, cette oasis est désormais menacée par des individus cherchant à convertir cet espace en une station de bateau, une initiative qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement et la qualité de vie des habitants. Une tentative d’emprise sur la zone fluviomaritime suscite l’ire des jeunes de Pikine qui, rassemblées mardi sur le site, expriment leur ferme désaccord. Le terrain situé sur la digue, en face de la mangrove, était un ancien dépotoir d’ordures remblayé et sauvegarde grâce avec la participation des mouvements associatifs et des porteurs de voix.

Il est impératif que les autorités compétentes prennent des mesures immédiates pour protéger cet espace naturel vital. Il est temps de reconnaître l’importance des espaces verts dans les zones urbaines et de préserver les écosystèmes fragiles qui s’y développent. Les habitants de Pikine méritent mieux que la destruction de leur précieux environnement au nom de projets non-autorisés et potentiellement nuisibles.

En tant que communauté et en tant que société, nous devons défendre la préservation de nos espaces verts et rejeter les projets qui menacent notre environnement et notre bien-être collectif.

Le collectif au front contre l’accaparement du site dit dénonce sa convoitise par une organisation locale de pêcheurs pour l’érection d’une salle de réunion et d’une station d’essence. Alors qu’il servait jusqu’ici de terrain de foot pour les Asc de la zone.

« Ils ont commencé par installer aux abords du terrain. Maintenant, ils sont passés à la vitesse supérieure et ont mis des poteaux. C’est le seul espace de jeux qui reste à nos enfants et à nos neveux », crie Ousmane SY, membre du collectif. « Les ruelles de Pikine sont étroites. Les autres axes du quartier servent de passage pour les véhicules. C’est l’unique aire où les jeunes sont à l’abri du danger. Nous n’accepterons pas qu’il soit dérobé », a-t-il ajouté. M. SY invite les autorités à « agir à temps ».

« Nous avons appris que ni la Commune de Saint-Louis, ni la Préfecture ni l’ANAM n’ont remis l’ordonnance d’exécuter cette forfaiture. Nous nous dressons fermement contre l’anarchie. Nous avons démonté tous les poteaux », a laissé entendre le lanceur d’alerte Pikinois Thierno DICKO. Ce dernier annonce la mise sur pied d’un plan d’action des organisations de jeunesse de quartier pour sécuriser l’espace.

En plus des dommages environnementaux, l’installation d’une station de bateau pourrait engendrer une anarchie généralisée. Sans les autorisations nécessaires, ce projet serait une source de conflits juridiques et sociaux, perturbant la tranquillité et la sécurité des résidents de Pikine.

source NDARINFO

Laisser un commentaire